Blanquette de veau

La semaine dernière, Mister Crumble et moi, on était en train de regarder une certaine émission culinaire qui passe sur une certaine 1ère chaine, et une des épreuves consistait à faire un plat avec les mêmes ingrédients que la blanquette de veau, sans refaire une blanquette de veau. Vous me suivez? C’est là que Mister me dit « Hey, j’adore la blanquette de veau, tu n’en as jamais fait… » (Regard de cocker). Bon, moi, je ne peux pas deviner.
Ca fait plus de 5 ans qu’on est ensemble mais je ne connais pas encore tous les plats qu’il aime (si, je sais qu’il ne dira jamais non à ma salade César ou à une bonne pizza maison). En plus, il change d’avis. Il n’aimait soi-disant pas l’osso bucco, et BIM, un jour, alors que forcément, je rentrais des courses, il m’annonce qu’il en voudrait bien un pour le week-end….Grrrrr. Pire qu’une fille avec des fringues. Bref. Pour une fois, j’ai pu m’exécuter. En plus, j’aime bien. C’est un genre de défi. C’est des plats auxquels on ne pense pas toujours et qui, bien préparé, sont délicieux. Et ça m’a permis d’utiliser presque toute ma nouvelle batterie de casseroles!! 

Infos recettes

Ingredients :


  • 500 gr de poitrine de veau
  • 1kg d’épaule de veau
  • 200 g de carottes
  • 200 gr d’oignons
  • quelques gousses d’ail écrasées
  • un bouquet garni (j’ai ajouté 1 branche de persil plat)
  • 2 beaux poireaux
  • 200 gr de pommes de terre
  • 100 gr champignons
  • 50 gr de petits oignons
  • 70 g beurre
  • 70g farine et un litre et demi de bouillon de cuisson
  • deux jaunes d’oeufs
  • 10 cl de crème double
  • sel et poivre

En un coup d'oeil :



Difficulté : Difficile
Durée préparation : 30 min
Durée cuisson : 2h
Nombre personnes : 6

On commence à détailler les morceaux de collier, poitrine, quasi, épaule en portion de 50 g. Evitez de dégraisser et dénerver en excès.

Emincer oignons, blancs des poireaux, carottes.

Mettre viandes et les légumes précédents dans une grande casserole (voir un faitout). Verser de l’eau froide à hauteur (il sera peut être utile d’ajouter de l’eau en cours de cuisson de façon a ce que la viande soit toujours immergée).

En plus du bouquet garni que vous rajouterez dès que le bouillon commence à dégager une petite vapeur, corsez le avec un clous de girofle.

Porter à faible ébullition et cuire environ 1h30. L’ébullition doit se faire hyper lentement, cool. Couvrez mais pas entièrement d’un couvercle et salez à mi-cuisson. En fin de cuisson,testez et prolongez si nécessaire.

On décante, c’est à dire qu’on sépare la viande du liquide d’une part, mais aussi des légumes de la garniture. On remarque en même temps combien ce bouillon semble limpide…

La viande décantée, on la garde au chaud, soit au bain marie, en reversant une partie du bouillon pour éviter le désséchement.

Pendant ce temps terminer la sauce. Faire fondre le beurre et y ajouter la farine dans le même faitout (on fait le roux). Verser le bouillon, d’abord hors du feu et ensuite reporter le mélange sur feu moyen sans cesser de remuer au fouet. Rectifier l’assaisonnement. Crèmer ou lier au dernier moment avec une liaison jaune d’oeuf-crème.

On assemble ensuite le tout, en regroupant : viande, champignons cuits à blanc, pommes de terre cuits à la vapeur,, petits oignons glacés à blanc.

 


Articles relatifs


Article similaire

Cochon aux pommes et aux épices

  Date : 17 janvier 2014
  cuisson épaule de porc, épaule de porc, recette épaule de porc, recette pommes salée
Article similaire

Soupe poireau pommes de terre

  Date : 20 octobre 2013
  soupe, soupe automne, soupe poireaux, soupe poireaux pommes de terre, utiliser légumes facilement
Article similaire

Christmas Menu – Plat

  Date : 11 décembre 2012
  buewespaetzle, carotte, panais, plat noel, poulet noir, poulet roti, repas de fêtes

Commentaires

Déposer un commentaire

  1. LeeYaa

    Un plat traditionnel toujours très apprécié !


  2. jeanne

    Bravo, c’est parfait une délicieuse blanquette pour fêter l’automne !


  3. Gen

    Hum elle est belle ta blanquette!!!


  4. Laurent [A Chicken in the Kitchen]

    Comme ce genre de plats me rappelle des déjeuners de famille, le dimanche… Un peu mélancolique, quand les aimés ne sont plus là…